Trouver des campements pirates de nos jours, ce n’est pas bien compliqué. Il est loin le temps de l’île au crâne et de Nassau. Alors qu’ils désespéraient de pouvoir trouver un trois mâts pour aller débusquer leurs cibles, ils se rabattirent sur de simples ordinateurs. Moins glorieux c’est sûr, mais beaucoup plus rapide. Et quelques clics plus loin, ils arrivèrent à la baie des pirates.

The Pirate Bay

tpb

S’il existe bien un site pirate emblématique ces dernières années, c’est bien celui-ci. Ouvert, puis fermé, ré-ouvert, ré-fermé et ainsi de suite. Le jeu du chat et de la souris semble sans fin. Nos aventuriers comprirent vite que ce site n’était pas celui sur lequel ils devaient se concentrer. Bien que très fourni en biens de contrebande, lesdits biens ne concernaient pas vraiment le marché français, puisqu’en langue anglaise en grande majorité. Ils s’attardèrent cependant un moment sur la plage pour découvrir les raisons du succès de la baie.

Les raisons sont simples. Une interface épurée, une quantité impressionnante de torrents et une énorme communauté. Le moteur de recherche est efficace, et quoi qu’on cherche, il est possible de le trouver rapidement, pour peu qu’on soit familier avec la langue de Shakespeare.

Mais si les pirates qui dirigent la baie donnent leurs biens, de quoi vivent-ils ? Il était nécessaire d’enquêter plus avant pour comprendre le système.

Vous reprendrez bien un cookie ?

Ils sont frais mes cookies !

Ils sont frais mes cookies !

C’est en allant regarder l’état de leur embarcation que nos aventuriers trouvèrent les premiers éléments de réponse.

Dans un premier temps ils avaient cru que les pirates gagnaient de l’argent grâce aux bonimenteurs qui pullulaient sur l’île, vantant leurs femmes de joie, leurs aphrodisiaques et autres produits exotiques. Grâce à de simples bouchons adBlock, ils avaient réussi à faire la sourde oreille à toutes ces vaines promesses, à l’exception de quelques unes qui parvenaient malgré tout à se faire entendre. Nulle protection n’est totalement efficace.

Ils étaient loin de se douter que le butin des pirates se trouvait ailleurs. Ils étaient au final davantage espions que pirates. Ils découvrirent des passagers clandestins dans la cale. Bien dissimulés, ils étaient bien équipés pour écouter aux portes et découvrir tous les secrets relatifs à la vie numérique de nos héros, pour revendre ces informations aux plus offrants. Les clandestins furent aussitôt rejetés à la mer, et, riches de ces nouvelles informations, les questeurs naviguèrent hors de ces eaux troubles, pour deviser sur ce qu’ils avaient appris.

Après quelques heures de conversation et de recherches, ils décidèrent qu’ils étaient loin de disposer d’assez d’informations sur les pirates, et que de nouvelles investigations étaient nécessaires. Puisqu’ils avaient commencé avec les pirates « Torrents », ils allaient continuer dans cette voie pour le moment, et s’intéresseraient à d’autres pirates plus tard.

C’est pas bien !

Non Will, tu n'iras pas dehors dans cette tenue !

Non Will, tu n’iras pas dehors dans cette tenue !

C’est donc sur une île pirate francophone que la suite de l’enquête s’est déroulée. Cpasbien, car tel est son nom, se présente comme un site simple et catégorisé, offrant des liens directs vers des torrents. Pour chaque catégorie, une liste chronologique des contenus permet aux visiteurs de trouver rapidement les derniers arrivages de marchandises. La simplicité de la navigation est attrayante et même si le contenu est moins fourni que sur TPB, il est facile de comprendre le succès de ce site.

Là encore, bonimenteurs et espions étaient de la partie, et nos héros sont donc rapidement repartis à la recherche de nouveaux pirates, les fameux « Streameurs ».