Globalisation des échanges.

Le monde a changé… Le temps revêt une importance que nous ne connaissions pas auparavant. Tout s’accélère et s’emballe. Comment, pour quoi, pour qui ?

La technologie nous a fourni les moyens de communiquer et d’interagir à l’échelle mondiale.

Ce faisant, la communication devient le prolongement naturel de toute action. De fait, notre relation au temps se caractérise par un volume d’échanges multicanal considérable. L’immédiateté est devenue la norme, libérant des énergies et des formes de communication nouvelles qui se répercutent dans notre vie quotidienne depuis plusieurs années.

Cette nouvelle dimension temporelle et spatiale, autrement dit la globalisation des échanges, influe sur nos comportements et notre manière de vivre. Nous voulons être connectés grâce à nos smartphones et autres laptops, partout, tout le temps. Ainsi, le partage d’information notamment à des fins de benchmarking dans le cadre de l’e-commerce est devenu naturel et préalable à tout acte d’achat.

Nous sommes constamment mobiles et interconnectés les uns aux autres. Ce qui a pour double conséquence le rapprochement des relations entre personnes mais également une frontière de plus en plus tenue entre la vie privée et la vie publique.

 

L'intelligence collective

Vivons heureux…vivons connectés.

De même, notre rapport à l’image a changé. Avec la démocratisation de la photographie et de la vidéo, relayées par différents moyens technologiques, notamment en direction des réseaux sociaux, nous devenons des êtres médiatiques. Le volume de photographies et de vidéos de toutes natures échangées sur Facebook, Snapchat et autres réseaux bien connus dépasse les milliards par mois.

Parallèlement à ce phémonène nouveau (et ce besoin de représentation), les média traditionnels (TV, radios, cinéma,..) sont bousculés et remis en cause par une nouvelle façon de consommer qui est devenue délinéarisée depuis plusieurs années. Cela fait penser au zapping télévisuel ou radiophonique, dans une recherche de contenus personnalisés