Catch-up TV, VOD, SVOD, OTT, et Délinéarisation

Depuis quelques années, les nouvelles technologies ont introduit un nouveau concept : la délinéarisation. Cela consiste à consommer de manière différée des programmes audiovisuels à la carte payants ou gratuits. Exemples bien connus : la VOD (vidéo à la demande) ou le catch-up TV pour télévision de rattrapage, OTT ou service de contournement pour la fourniture de contenus vidéos.

Cette nouvelle façon de consommer des contenus audiovisuels à la demande et personnalisée – qui s’affranchit du vecteur de communication – s’est généralisée. Elle est devenue non seulement multicanale dans son mode d’utilisation (Vimeo, Facebook, Twitter, YouTube, etc), mais également diversifiée dans son approche technologique (smartphone, Internet, TV connectée, tablette).

De ce fait, nous avons enfin la possibilité de regarder le contenu de notre choix au moment où nous le voulons et sur n’importe quel support. De plus, cela offre l’opportunité de partager ses impressions à travers les réseaux sociaux.

Aujourd’hui, la délinéarisation, accompagnée par une convergence technologique forte, est devenu le nouveau standard audiovisuel. Il fait voler en éclat le modèle économique des média basés sur la structure [du rail] des programmes audiovisuels qui s’enchaînent sur une timeline.

Craccc...

L’éclatement du mode de consommation télévisuel

Ce nouveau mode de consommation a pour conséquence principale une délinéarisation de l’audience. En clair, une perte de contrôle des média audiovisuels traditionnels de leur audience.

Cela créé naturellement des inquiétudes partagées par l’ensemble des acteurs de l’audiovisuel. En effet, les changements sont multiples.  Les chaînes traditionnelles ne fédèrent plus autour d’un même sujet (sauf tournois sportifs et encore) des personnes de tous âges et intérêts différents – contrairement à ce que voudrait nous faire croire France Télévisions dont on peut rappeler que l’audimat moyen est d’environ 60 ans (en 2015). Les contenus audiovisuels consommés sont personnalisés, souvent sur mobile, à la carte, interconnectés aux réseaux sociaux et permettent d’interagir sur plusieurs plans.

De ce point de vue, la technologie favorise la création de valeur à travers l’accès au contenu.

Ce qui a profondément changé, c’est que c’est nous qui contrôlons notre consommation : c’est à dire quand, où et comment ;).