16 MARS 2016 – QUELQUE PART DANS LE DÉSERT ALSACIEN

Les 2 associés s’étaient retrouvés quelque jours plus tôt, bien décidés à inventer la recette du succès. Ils avaient fini leur formation peu de temps auparavant et désiraient mettre en pratique leur savoir fraîchement acquis. Le soleil s’était enfin levé, et la lumière pénétrait dans leur tout nouveau laboratoire. En plus du laboratoire, ils avaient acheté tout le matériel nécessaire à la confection d’une recette unique. Combinaisons, liquides inflammables, nom de domaine, flingues et accès aux réseaux sociaux. Rien ne les arrêterait.

Ils avaient mis du temps à trouver l’emplacement parfait. Un lieu bien isolé dans les plaines d’alsace. Loin de toute perturbation, mais proche d’un point d’eau. Ils avaient aussi embarqué des provisions pour quelques jours, la concoction de la recette pouvant prendre du temps. Ils étaient maintenant confortablement installés, un café à la main, et s’apprêtaient à faire chauffer leurs outils, à savoir leurs cerveaux.

Un labo de toute beauté

Un labo de toute beauté, à vous de deviner quel cerveau brûle en rouge.

Au début, il y avait une idée simple. Diffuser des séries américaines en version originale sous-titrée, peu de temps après leur première diffusion aux USA. Depuis, les choses avaient changé. Ils avaient appris, ils avaient vu. Les États-Unis n’avaient pas l’exclusivité des bonnes séries. Les leurs étaient juste davantage médiatisées. Comme toujours, le marketing est un outil puissant. Et ça, ils en savaient quelque chose. Après une conversation animée, ils convinrent donc qu’ils ne se limiteraient pas aux séries américaines, mais qu’ils iraient chercher les bonnes séries là où elles se trouvaient, c’est à dire partout.

Le deuxième aspect à considérer, c’était la segmentation, et la promotion. Qui était prêt à découvrir des séries différentes, venues des 4 coins du monde ? Comment faire venir à nous le public ? Il faudrait déjà une offre d’appel. Des séries connues, qui ont déjà un public. Ils notèrent donc les noms des séries qui selon eux pourraient être intéressantes sur ce point. Ensuite, il faudrait convaincre les spectateurs de regarder d’autres séries. Pourquoi ne pas créer dans ce cas des émissions, où des intervenants viendraient présenter ces séries et encourager les abonnés à les regarder? Vinrent ensuite les questions sur les formats, les langues, les qualités. Deux journées entières consacrées à la création d’une offre cohérente. A l’aube du troisième jour, ils s’offrirent une pause avant de passer à la suite.

18 MARS 2016 – JUSTE EN FACE DE QUELQUE PART DANS LE DÉSERT ALSACIEN

Une bien belle journée qui s'annonce.

Une bien belle journée qui s’annonce.

La journée s’annonçait belle pour la saison. Après 2 jours de réflexion, de prise de notes et de discussion, Yves et Jean-Marc profitaient d’une pause bien méritée sur la terrasse attenante au laboratoire. Pas de mots échangés. Juste le plaisir de sentir le soleil réchauffer leur peau. Un moment de calme. Soudain, un bruit leur parvint en provenance du labo. Yves attrapa aussitôt sa batte alors que Jean-Marc tira son Beretta d’une poche de sa combinaison. Ils n’attendaient personne. Personne ne savait qu’ils étaient là. Normalement. Ils se levèrent en douceur et approchèrent de part et d’autre du laboratoire.

Une fenêtre était ouverte, et Yves distingua que le fermoir avait été forcé. Il fit quelques signes de main à son associé, qui comprit aussitôt. L’intrus, ou les intrus, étaient humains. Il s’approcha de la porte d’entrée, arme au poing, prêt à tirer. Il entra silencieusement et repéra rapidement l’intrus. Il était seul. Il regardait frénétiquement dans les tiroirs et les armoires, claquant les portes de frustration quand il ne trouvait rien. Il n’avait pas conscience du bruit qu’il faisait. Un junkie. Il avait senti les séries, ou il avait suivi de loin le labo itinérant. Heureusement qu’Yves avait eu la bonne idée de planquer les séries en dehors de leurs locaux, sur un serveur distant. Maintenant, ils allaient devoir s’occuper de l’intrus, sans bain de sang si possible. Jean-Marc avait horreur de nettoyer le sang.

Yves était arrivé derrière lui. Jean-Marc lui fit rapidement signe de retourner à la fenêtre. Il allait effrayer le junkie, et Yves n’aurait plus qu’à le cueillir lorsqu’il sortirait par la fenêtre. Ils se mirent en position. Jean-Marc claqua la porte d’entrée derrière lui et le junkie lui fit immédiatement face. Il vit d’abord ses yeux injectés de sang, typique des personnes passant des journées entières à regarder des séries. Il vit ensuite la terreur se peindre sur son visage. Il ne savait pas s’il était terrorisé parce qu’il avait été découvert, ou parce qu’il avait réalisé qu’il devrait partir sans les précieux épisodes. Quoi qu’il en soit, il sauta par la fenêtre.

Au moment où il traversait la fenêtre, Yves avait plusieurs choix. Utiliser sa batte, le laisser filer ou l’attraper et l’immobiliser au sol pour le capturer. En un instant, il choisit …

 

Retrouvez la suite des aventures de Jean-Marc et Yves lors de la prochaine saison, à la rentrée.